Chroniques·Hercule Poirot·Sagas

Hercule Poirot : La mort dans les nuages

« Vous avez raison Monsieur Poirot. Avouez tout de même qu’ils ne paient pas de mine. Comme presque tous les grands hommes ! Tenez, moi qui vous parle. On m’a pris un jour pour un coiffeur ! »

La mort dans les nuages

 

Auteure : Agatha Christie. 

Éditions : Le Livre de Poche.

Genre : Policier.

Année de sortie : 1935.

Nombre de pages : 223.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♡ ♡

 

Mon avis :

Étant une grande amatrice d’Agatha Christie, je me suis mise en quête de collecter tous les Hercule Poirot et Miss Marple dans la collection Le Livre de Poche. Quand je l’ai aperçu en librairie dans la bonne collection, il était donc évident que j’achète cette enquête.

Hercule Poirot voyage dans le vol Paris-Londres de 12h quand Madame Giselle, une célèbre usurière de Paris, est tuée avec une fléchette empoisonnée. Mais comment l’a-t-on lancé ? Sûrement avec la sarbacane amérindienne retrouvée sous son propre siège. Cependant, étant malade en avion, Hercule Poirot n’a rien vu du crime. Dans ce cas, tous les passagers semblent suspects, et même lui. En effet, n’importe qui dans l’avion a pu se débarrasser de Mme Gisèle de cette façon si particulière.

Cette enquête a été sympathique à découvrir, même si elle m’a moins emballé et passionné que les précédentes. Dès le début, j’ai été moins prise par l’intrigue et l’auteure n’a pas réussi à me faire totalement adhérer à l’histoire. En effet, le crime m’a perturbé et rendu confuse. Je n’ai pas vraiment compris où Agatha Christie voulait emmener son investigation. Certes, le meurtre est original et particulier puisque ce n’est pas dans tous les romans policiers que la victime est assassinée par une fléchette amérindienne empoisonnée. Cependant, il y avait un trop-plein d’informations et d’indications qui ont commencé doucement à me perdre. Cela m’a donc frustré et agacé, car je n’ai pas entièrement saisi l’avancement de l’enquête et les indices qui étaient peu à peu laissés par l’auteure. Selon moi, la résolution du meurtre a également été très rapide et expéditive puisqu’il a suffi d’un seul chapitre pour que l’enquête soit clôturée et que le meurtrier soit arrêté. C’est étrange, car, habituellement, Agatha Christie préfère ménager le suspense et révéler au fur et à mesure les indices qui feront comprendre à ses lecteurs, qui est le vrai meurtrier. Ainsi, quand le tueur est découvert, on est : soit, surpris, mais la solution paraît logique et plausible ; soit, on est content, car on avait le bon assassin. Dans les deux cas, l’histoire a été intéressante et palpitante pour le lecteur. Pourtant, selon moi, cela n’a pas été le cas pour cette enquête puisque la fin m’a encore plus perdu et déçu. Elle semble aussi peu plausible et logique, car aucun indice et aucune preuve ne m’a conduit à soupçonner cette personne. Toutefois, on peut dire que le rôle de l’intrigue est parfaitement rempli puisque, du début à la fin, je ne me suis doutée de rien. Je vous conseille donc ce livre, si vous aimez particulièrement le genre policier ou les enquêtes d’Hercule Poirot.

D’autre part, les nombreuses descriptions de personnages et le trop-plein d’informations à leur sujet m’ont encore plus troublé. Effectivement, je ne savais plus vraiment qui était qui, qui était quoi et qui avait fait quoi. Tout, c’est donc mélangé dans mon esprit pour ne former plus qu’un tas d’incompréhension. De plus, dans ce roman, Hercule Poirot m’a bizarrement agacé et énervé. À certains moments, j’avais vraiment envie de le secouer ou de lui faire arrêter avec ses petites manières et manies que j’aime, pourtant, beaucoup dans ses autres enquêtes.

Pour conclure, ce roman a été sympathique à lire, l’intrigue spéciale et l’enquête a semblé bien remplir son rôle puisque, jusqu’à la fin, on ne savait pas qui était le meurtrier. Cependant, cela n’a pas fonctionné avec moi, car je n’ai pas tout compris. En effet, un trop-plein d’informations, de descriptions et d’indications m’a empêché d’y voir clair et de saisir tous les indices laissés par l’auteure. Malgré son originalité, ce livre m’a donc pas mal perturbé et troublé.

P.S : Après votre lecture, je vous conseille de regarder la série de la BBC qui a adapté tous les Hercule Poirot en films. Je trouve que l’acteur d’Hercule Poirot, David Suchet, joue extrêmement bien son rôle. Il a su comprendre, apprivoiser et devenir le personnage d’Agatha Christie.

Une enquête originale, mais assez étrange.

 

Publicité
Rendez-vous Livresques·Tops Livresques

Top 5 des shojos que j’ai envie de lire

Top manga shojo 1

Je vous souhaite la bienvenue et vous retrouve sur le blog pour un premier Top livresque, spécial manga. Aujourd’hui, on parle de mon Top 5 des shojos que j’ai envie de lire. J’espère qu’il vous plaira. Votre opinion m’intéresse également puisque je suis une petite nouvelle dans le domaine des mangas. N’hésitez donc pas à me dire en commentaires si vous avez déjà lu ses shojos, ce que vous en avez pensé et qu’elles sont, selon vous, les 5 shojos avoir lu. Je suis preneuse de nouvelles lectures.

P.S : Pour accéder au résumé et aux informations de chaque manga, cliquez sur son image.

 

« La lecture nous offre un endroit où aller lorsque nous devons rester où nous sommes. »

 

Jardin secret 1      Blue Spring Ride     He is a beast

Life      Switch Girl

 

« Lire, c’est vivre les rêves d’un autre. »

 

 

Rendez-vous Livresques·Throwback Thursday Livresque

Throwback Thursday Livresque : L’un de vos premiers livres.

ob_689d40_ttl

Je vous souhaite la bienvenue et vous retrouve pour ce douzième Throwback Thursday Livresque. Créé à l’initiative de BettieRosebooks, le Throwback Thursday Livresque est un rendez-vous qui permet chaque jeudi de ressortir un livre de nos bibliothèques selon un thème défini et ainsi de parler d’une lecture passée. Désormais, c’est Carole du blog My-Bo0ks qui gère ce rendez-vous hebdomadaire. 

 

Thème du 23 avril : L’un de vos premiers livres.

Avril 4

 

Résumé : Le jour où Georges rencontre ses nouveaux voisins, la jeune Annie et son scientifique de père, Eric, il découvre chez eux un secret qui va bouleverser sa vision du monde. Eric possède Cosmos, l’ordinateur le plus perfectionné qui soit. Il peut vous projeter aux quatre coins de l’univers : dès lors, explorer l’immensité de l’espace, frôler des planètes, traverser une tempête d’astéroïdes devient un jeu d’enfant… Mais entre des mains mal intentionnées cette super-intelligence pourrait être redoutable. Eric et Georges vont en faire l’expérience.

 

Pourquoi ce choix : J’ai choisi Georges et les secrets de l’univers de Lucy et Stephen Hawking pour le thème de cette semaine. En effet, ce livre a une place particulière dans ma vie de lectrice, car je me rappelle l’avoir lu en primaire avec ma mère. Chaque soir, à tour de rôle, on lisait un chapitre ensemble. Ainsi, cela me faisait lire et m’apprenait des choses sur l’univers et l’astronomie. À l’époque, je n’aimais pas encore la lecture. J’ai donc un très bon souvenir de ce roman-là.

Citation : « Si les étoiles brillaient à jamais, nous ne serions pas là. »

Et vous, quel livre choisiriez-vous ? Quel est votre premier souvenir de lecture ?

 

Chroniques·Glitter·Sagas

Glitter, tome 2 : Shatter

« Ce qu’il ressentait pour elle était proche du respect, un sentiment qu’il n’avait éprouvé pour personne depuis la mort de ses parents. »

Shatter tome 2

 

Auteure : Aprilynne Pike.

Éditions : Dreamland.

Genres : Young-Adult, Science-Fiction, Dystopie.

Année de sortie : 2018.

Nombre de pages : 379.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥

 

Mon avis :

Ayant beaucoup aimé le premier volet de cette duologie, il était évident que je lis la suite. Je suis donc allée en librairie et je me le suis procurée. Toutefois, ce second tome est resté assez longtemps dans ma PAL avant que je ne me décide à le lire. En effet, je n’avais pas vraiment envie de terminer cette série livresque que j’avais énormément appréciée.

Danica, la nouvelle reine de Versailles-Sonoma, n’a pas réussi à éviter son mariage arrangé avec le souverain. Elle est donc unie à lui pour le meilleur et surtout, pour le pire. Piégée dans une cage dorée, elle est l’objet de toutes les attentions, de toutes les rumeurs et de toutes les trahisons. Cependant, ce rôle de reine est dangereusement addictif. C’est ainsi que Danica se laisse rapidement enivrer par le pouvoir, ses intrigues et ses excès au point d’en oublier l’homme qu’elle aime en secret et à qui elle avait, pourtant, promis de s’enfuir.

Ce deuxième et dernier tome a été très agréable et passionnant à lire. J’ai adoré redécouvrir l’univers et l’ambiance baroque-moderne de ce livre. En effet, on se retrouve plongé dans un Versailles ancien et pourtant, très sophistiqué et technologique. On est donc intrigué et captivé par toute cette nouveauté. L’intrigue est également très addictive et exaltante, même plus encore que celle du premier tome. Il y a du suspense, de l’action, du mystère, des complots, des trahisons et des rebondissements en veux-tu en voilà. On ne s’ennuie donc jamais. Les pages défilent et il est littéralement impossible de s’arrêter. On ne peut s’empêcher de rester plongé dans ce monde rempli d’événements aussi dangereux et passionnant les uns que les autres. On voit donc clairement que l’auteure a fait un réel travail sur ce tome et notamment, sur son histoire, ses personnages et ses petites et grosses intrigues de cour. Selon moi, cela apporte alors un vrai plus à la lecture. D’ailleurs, une fois ce second volet commencé, j’ai eu beaucoup de mal à le refermer et à quitter définitivement cet univers et cette ambiance captivante. J’ai donc adoré cette dystopie, même si je suis assez déçue qu’elle se termine, car elle mérite d’être plus connue et développée. En effet, cette duologie est vraiment unique, spéciale et très originale en son genre.

De plus, les personnages étaient bien construits et façonnés comme dans le premier tome. Toutefois, je n’ai toujours pas su m’attacher et m’identifier à eux. En effet, certains protagonistes, et notamment Saber, l’amant secret de Danica, m’ont réellement frustré. Déjà dans le volet précédent, Saber m’avait terriblement agacé, mais, dans celui-ci, il m’a profondément énervé. À certains moments, j’avais vraiment envie qu’il parte et qu’il ne revienne plus. Étrangement et sincèrement, je pense que Danica aurait eu sa vie rêvée, si elle n’avait pas eu Saber dans la sienne. En outre, elle aurait fait une reine merveilleuse. D’ailleurs, je l’ai beaucoup apprécié dans ce tome-ci, bien plus que dans le précédent, car on n’a plus une enfant devant nous, mais une vraie femme qui a changé, qui s’est endurcie et qui a surtout, grandement mûri. J’ai donc beaucoup aimé son évolution, même si, je n’ai pas apprécié sa romance avec Saber. Bizarrement, après sa forte évolution et son nouveau statut de reine, je trouve qu’elle allait et qu’elle correspondait beaucoup mieux à la personnalité du roi, Justin. Certes, c’est le mal en personne, mais, dans ce volet-ci, Danica le devient aussi au fur et à mesure de l’intrigue. J’ai eu alors la sensation qu’elle commençait à vraiment comprendre le roi. Selon moi, ils formeraient donc un couple, pas meilleur, mais bien plus intéressant que celui de Saber et Danica. C’est donc dommage que l’auteure ne l’ai pas plus exploité puisqu’avec ce couple Danica-Justin, il y aurait pu, peut-être, y avoir un troisième tome.

Pour conclure, j’ai beaucoup aimé cette dystopie que j’ai trouvé très originale et intéressante à lire. Elle est passionnante, captivante et exaltante. En effet, elle est remplie d’action, de trahisons, de complots, de mystère et de rebondissements. On ne s’ennuie donc jamais. De plus, dans ce dernier tome, le personnage de Danica a vraiment mûri et évolué ce qui m’a fait encore plus aimer cette duologie.

Une dystopie brillante et spéciale.

 

BD·Chroniques

Les carnets de Cerise, tome 1 à 5

Les carnets de cerise 1 à 5

Je vous souhaite la bienvenue et vous retrouve pour mon avis sur la saga de BD : Les carnets de Cerise de Joris Chamblain (auteur) et Aurélie Neyret (illustratrice). Cette série de bande dessinée jeunesse est terminée depuis 2018 et contient cinq tomes et un hors-série. Elle est publiée aux éditions Soleil (Métamorphose).

On y suit Cerise, une petite fille de 10 ans et demi, qui adore enquêter et résoudre des mystères avec ses meilleures amies, Erica et Line. Son rêve est de devenir romancière.

« Lire, c’est découvrir, voyager, mais aussi apprendre le sens des mots et surtout apprendre à s’en servir. »

 

  • Les carnets de Cerise, tome 1 : Le zoo pétrifié.

Tome 1

 

Ce que j’en ai pensé : J’ai bien aimé ce premier tome. Je l’ai trouvé agréable et vraiment sympathique à découvrir. L’histoire était mignonne, attendrissante et pleine de douceur. Il y a eu plein de suspense et de petits rebondissements adorables durant toute la BD. On s’attache aussi facilement et rapidement aux personnages, et notamment, à celui de Cerise. De plus, les dessins sont beaux, tendres et très travaillés. C’est donc un bon tome de départ qui m’a donné un sourire niais sur le visage durant toute ma lecture.

 

 

  • Les carnets de Cerise, tome 2 : Le livre d’Hector.

Tome 2

 

Ce que j’en ai pensé : Dans ce tome-ci, je trouve que l’histoire est encore plus profonde, touchante et recherchée que celle du premier. En effet, l’intrigue contient une vraie recherche historique ainsi qu’une réelle douceur et en même temps une certaine tristesse et mélancolie que j’ai beaucoup aimée et que le premier tome n’avait pas. Selon moi, Joris Chamblain et Aurélie Neyret sont passés au niveau supérieur dans ce volet-là. Je pense donc que cela est et restera mon tome préféré de la saga.

 

 

  • Les carnets de Cerise, tome 3 : Le dernier des cinq trésors.

Tome 3

 

Ce que j’en ai pensé : Ce volet a été encore plus tendre et touchant que les précédents puisque l’histoire y a été plus personnelle et particulière pour Cerise. On a alors vraiment l’impression de la découvrir de plus en plus. Ainsi, en nous laissant entrer dans sa bulle intime et familiale, on la voit mûrir et grandir. Elle n’est plus la petite fille du premier tome, mais bien une jeune fille qui est au collège. J’ai donc beaucoup aimé son évolution ainsi que la part de fragilité qu’elle nous laisse entrevoir. Ce volet a été une sorte de petit cadeau de Noël en retard.

 

  • Les carnets de Cerise, tome 4 : La déesse sans visage.

Tome 4

 

Ce que j’en ai pensé : Ici, Cerise n’est plus une enfant, mais une adolescente. Par conséquent, on remarque qu’elle commence à avoir des pensées, des réflexions et des comportements d’adulte ce qui la rend encore plus sympa à suivre. L’intrigue est toujours aussi mignonne, mais cette fois-ci, elle aborde des thèmes plus difficiles et percutants comme l’homosexualité, la peur de la différence ou la pression de la société. Ainsi, l’histoire fait réellement réfléchir le lecteur en profondeur. C’est donc un tome très intéressant.

 

  • Les carnets de Cerise, tome 5 : Des premières neiges aux perséides.

Tome 5

 

Ce que j’en ai pensé : Dans ce tome-ci, il n’y avait pas vraiment d’enquête, mais plutôt l’histoire de Cerise et de son passé qui se clôturaient. D’ailleurs, on revoit brièvement tous les personnages des volets précédents ce qui est assez mignon. De plus, des thèmes difficiles y sont encore abordés comme le deuil, la dépression infantile ou la famille recomposée. Ces thèmes percutants y sont toujours traités de manière douce et tendre ce qui me fait un peu plus aimer cette série. C’est donc un très bon tome de fin.

 

  • Les carnets de Cerise et Valentin, hors-série.

Hors série 1

 

Ce que j’en ai pensé : Ce tome bonus a été sympathique et agréable à lire. Cependant, je l’ai légèrement moins aimé, car le personnage de Valentin était moins profond et abouti que celui de Cerise. L’histoire y était aussi plus enfantine ce qui m’a un peu déçu au vu de l’évolution de Cerise dans les volets précédents. J’ai eu l’impression qu’elle retombait en enfance ce qui m’a décontenancé et rendu confuse. Toutefois, j’ai quand même bien aimé cet hors-série, même si la saga principale reste meilleure.

 

Pour conclure, j’ai adoré cette série de bande dessinée jeunesse. Je l’ai trouvé très agréable et sympathique à découvrir. De plus, les histoires y sont toujours mignonnes et tendres, les personnages attachants et les dessins splendides et très travaillés. Je recommande donc chaudement Les carnets de Cerise que ce soit aux petits comme aux grands. Je pense que tous les âges seront comblés par cette saga.

Et vous, avez-vous lu cette série de bande dessinée ? Qu’en avez-vous pensé ?

 

Rendez-vous Livresques·Throwback Thursday Livresque

Throwback Thursday Livresque : Une dystopie.

ob_689d40_ttl

Je vous souhaite la bienvenue et vous retrouve pour ce onzième Throwback Thursday Livresque. Créé à l’initiative de BettieRosebooks, le Throwback Thursday Livresque est un rendez-vous qui permet chaque jeudi de ressortir un livre de nos bibliothèques selon un thème défini et ainsi de parler d’une lecture passée. Désormais, c’est Carole du blog My-Bo0ks qui gère ce rendez-vous hebdomadaire. 

 

Thème du 16 avril : Une dystopie.

Avril 3

 

Résumé : Trois cents ans ont passé et les États-Unis ont sombré dans l’oubli. De leurs ruines est née Illea, une monarchie de castes, mais un jeu de téléréalité pourrait bien changer la donne. Elles sont trente-cinq jeunes filles et la « Sélection » s’annonce comme l’opportunité de leur vie. L’unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L’unique occasion d’habiter dans un palais et de conquérir le cœur du prince Maxon, l’héritier du trône. Mais pour America Singer, cette « Sélection » relève plutôt du cauchemar.

 

Pourquoi ce choix : Pour le thème de cette semaine, j’ai choisi La Sélection de Kiera Cass. Je me rappelle l’avoir lu au collège et l’avoir dévoré. Je me souviens avoir beaucoup aimé le côté télé-réalité et princesse de ce livre. Je trouve que le mélange des deux fonctionne très bien et rend cette saga complètement addictive. Je recommande donc cette dystopie aux plus jeunes ou aux adolescents, même si les adultes apprécieront également.

Citation : « Dites-moi, Votre Altesse, comment gérez-vous une pièce remplie de jeunes filles éplorées ? Je ne connais rien de plus déroutant ! chuchote-t-il ses traits déformés en une expression de perplexité comique. »

Et vous, quel livre choisiriez-vous ? Avez-vous lu cette dystopie ?

 

Chroniques·Fantasy·Jeunesse·One-Shot

Heartless

« La morale de cette histoire, bien sûr, est que la beauté est dans l’œil de celui qui regarde. »

Heartless

 

Auteure : Marissa Meyer.

Éditions : Pocket (Jeunesse).

Genres : Fantasy, Jeunesse.

Année de sortie : 2017

Nombre de pages : 606.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥

 

Mon avis :

Ayant adoré Les Chroniques lunaires, il était évident que j’achète ce roman. De plus, quand j’ai vu que l’auteure avait réécrit le conte d’Alice au pays des merveilles du point de vue de la reine de Cœur, cela a fini de me convaincre. Cependant, ce livre est resté un bon bout de temps dans ma PAL avant que je ne me décide à le lire. Effectivement, j’avais peur d’être déçue après avoir tant aimé la saga des Chroniques lunaires.

Dans le royaume de Cœur, une jeune aristocrate prénommée Catherine rêve de devenir la plus grande pâtissière du pays. Néanmoins, le sort en a décidé autrement. En effet, le roi de Cœur souhaite absolument l’épouser et les parents de Catherine, très ambitieux, placent de grands espoirs dans ce mariage. Malheureusement, un autre jeune homme fait battre son cœur : Badin, le bouffon du roi. Dès le début, cet amour était donc voué à l’échec, car au pays des merveilles, les contes n’ont pas tous une fin heureuse.

J’ai pris plaisir à découvrir ce roman et à connaître le passé de la reine de Cœur. J’ai beaucoup apprécié savoir comment elle est devenue méchante et les raisons de sa malveillance. Dans cette réécriture, Marissa Meyer répond donc à un certain nombre de questions que Lewis Carroll laisse en suspens. J’ai également bien aimé me replonger dans l’ambiance et la magie d’Alice au pays des merveilles puisque j’avais oublié à quel point cet univers était unique et débordant d’imagination. Cela a été une vraie bouffée d’air frais pour moi, même si, malheureusement, l’histoire ne se finit pas bien. Cependant, j’ai espéré durant toute ma lecture que Catherine aurait quand même sa fin heureuse. De plus, ce livre aborde implicitement des thèmes difficiles comme la liberté, le droit d’expression, la relation parent-enfant, le culte de l’apparence ou encore le droit de faire ses propres choix. Ce roman m’a donc énormément plus, mais il m’a aussi révolté et fait passer par toutes sortes d’émotions et de sensations. Ça a été les vraies montagnes russes. Enfin, j’ai beaucoup apprécié le côté plus romantique de cette réécriture puisque la romance est omniprésente dans celle-ci. Parfois, elle est même utilisée aux dépens de l’action. Personnellement, je ne crains pas la romance et j’aime même bien ce genre littéraire. Cela ne m’a donc pas dérangé. Toutefois, certains lecteurs ou certaines lectrices, n’étant pas très fan de romantisme, seront peut-être gênés ou déçus par ce trop-plein d’amour et ce manque d’action. Attention ! Je ne dis pas que ce livre n’a pas de rythme ou de mystère. Certes, il y a des rebondissements et de l’action tout au long du livre. Cependant, sur environ 600 pages, je trouve que ce n’est pas assez et que plus d’actions m’aurait sûrement permis d’aimer davantage ce roman.

Les personnages sont aussi attachants et très intéressants. D’ailleurs, j’ai beaucoup aimé Catherine, la future reine de Cœur que j’ai trouvé particulièrement touchante. C’est une jeune femme sensible et pourtant, forte et déterminée. Elle a des rêves et elle sait ce qu’elle veut. Cependant, ses parents ambitieux et son sang noble vont lui empêcher de les atteindre ce que je trouve assez attristant. Au-delà d’avoir compris pourquoi elle est devenue méchante, elle m’a réellement touchée et ébranlée. De plus, le couple principal du roman est vraiment mignon et adorable ce qui a renforcé ma petite préférence pour son personnage.

Pour conclure, malgré son petit manque d’action et de rebondissements, j’ai beaucoup aimé découvrir ce roman. Il a été très agréable et intéressant à lire. En effet, son côté romantique, l’univers magique d’Alice au pays des merveilles ou encore ses personnages emblématiques, comme le chat du Cheshire ou Catherine, la future reine de Cœur, m’ont énormément plus et passionnée.

Une réécriture romantique et intéressante.

 

Disney·Tops

Top 5 des plus belles scènes d’amour Disney

disney logo

Je vous souhaite la bienvenue et vous retrouve pour un deuxième Top Disney sur le blog. Aujourd’hui, on parle de mon Top 5 des plus belles scènes d’amour Disney. Cela ne concerne que les dessins animés. J’espère qu’il vous plaira. Votre opinion m’intéresse également. N’hésitez donc pas à me dire en commentaires qu’elles sont vos 5 scènes d’amour Disney favorites.

 

P.S : Ces scènes sont la propriété de Disney France. 

« Rêve ta vie en couleurs, c’est le secret du bonheur. »

 

1) La scène des spaghettis lors de la chanson Belle nuit dans La Belle et le clochard

la belle et le clochard gif 3

2) La scène lors du bal où Cendrillon et le prince charmant dansent avant de s’approcher de la fontaine dans Cendrillon.

cendrillon gif 1

3) La scène où Diana et Naveen dansent au milieu des nénuphars dans La princesse et la Grenouille

la princesse et la grenouille gif 1

4) La scène où Aladdin dit bonne nuit à Jasmine après la chanson Ce rêve bleu dans Aladdin.

aladdin gif 1

5) La scène où O’Malley et Duchesse regardent la lune et où leur queue s’enroule l’une à l’autre dans Les aristochats.

aristochats gif 1

 

« Tous les rêves deviennent réalité »

 

 

Rendez-vous Livresques·Throwback Thursday Livresque

Throwback Thursday Livresque : Vous regrettez de l’avoir acheté.

ob_689d40_ttl

Je vous souhaite la bienvenue et vous retrouve pour ce dixième Throwback Thursday Livresque. Créé à l’initiative de BettieRosebooks, le Throwback Thursday Livresque est un rendez-vous qui permet chaque jeudi de ressortir un livre de nos bibliothèques selon un thème défini et ainsi de parler d’une lecture passée. Désormais, c’est Carole du blog My-Bo0ks qui gère ce rendez-vous hebdomadaire. 

 

Thème du 09 avril : Vous regrettez de l’avoir acheté.

Avril 2

 

Résumé : Liliana Wilson ne pensait pas qu’en intégrant la célèbre université de Los Angeles : UCLA, sa vie allait autant changer. Elle voyait son avenir déjà tout tracé : obtenir d’ici quelques années un diplôme en journalisme d’une des meilleures universités du monde, puis parcourir le monde. Tel était le futur auquel elle se destinait. Mais une rencontre dans la cité des anges, appelée Cameron, va venir tout bouleverser, ses plans comme sa vie.

 

Pourquoi ce choix : Je regrette d’avoir acheté le premier volet de Another Story of Bad Boys de Mathilde Aloha. On me l’a vendu comme quelque chose de simple, léger et addictif alors que ce livre a été long et très difficile à lire. De plus, la vendeuse m’a dit que c’était une sorte de Did I Mention I Love You français ce qui semble assez vrai. Pourtant, ce roman ne m’a pas plus et ne m’a pas rendu addict comme pour la saga d’Estelle Maskame. En effet, je n’ai même pas réussi à atteindre les cent premières pages. Ce premier tome est donc un grand regret et une grande déception pour moi.

Citation : « Je voudrais lui dire ses quatre vérités, tout lui déballer, mettre les points sur les i. Mais toutes les pensées cohérentes que je pouvais avoir s’envolent en fumée lorsque nos regards se croisent. »

Et vous, quel livre choisiriez-vous ? Avez-vous lu cette saga et ce premier tome ?

 

Chroniques·Classique·Contemporain·One-Shot

Lady L.

« C’était son premier contact avec l’Italie et, bien qu’elle en eût attendu beaucoup, rien ne l’avait préparé à cette bouleversante révélation. »

Lady L

 

Auteur : Romain Gary.

Éditions : Folio.

Genres : Contemporain, Classique.

Année de sortie : 1963

Nombre de pages : 250.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥

 

Mon avis :

En librairie, ne sachant pas quoi acheter comme classique que je n’aurais pas lu, j’ai demandé conseil à une vendeuse et je lui ai donné le nom de mes « classiques préférés » : Anna Karénine, Les Liaisons dangereuses, Orgueil et préjugés, … Elle m’en a alors recommandé plusieurs comme Madame Bovary, que j’avais déjà lu, et Lady L. de Romain Gary. J’ai donc suivi son conseil et j’ai acheté Lady L.

Lady L., une vieille dame très respectable de l’aristocratie britannique, fête ses quatre-vingts ans, entourée de sa famille. Tous, enfants et petits-enfants, ont bien réussi socialement. Pourtant, ceci n’est qu’une aimable façade, un rôle qu’elle joue et qui la déçoit amèrement, car la vérité est bien plus noire que cela. Lassée par tous ces secrets, elle décide de conter son histoire à son confident et son chevalier servant : Sir Percy-Rodiner, Poète-Lauréat de la Cour d’Angleterre depuis vingt ans.

Ce classique a été très agréable à découvrir. J’ai pris beaucoup de plaisir à le lire, car l’histoire était intéressante et intrigante. Elle m’a emporté et m’a plongé dans un univers et une ambiance passionnante et grisante. En effet, on ne s’ennuie jamais. Les pages se tournent et se lisent vite et facilement. On ne peut donc s’empêcher de vouloir connaître la suite. Toutefois, l’intrigue n’est pas si exceptionnelle que cela. Certes, on suit l’histoire et le parcours de Diane, une vieille dame devenue aristocrate. On l’escorte notamment dans son passé de jeune fille du peuple et de son premier amour avec un anarchiste, Armand Denis. Cependant, ce livre n’est pas aussi rempli d’actions et de rebondissements que des romans dystopiques ou fantastiques, par exemple. Il ne faut pas s’attendre à un roman d’aventures. En outre, ce sont les personnages, comme Diane, et la plume de Romain Gary qui rendent cette œuvre aussi sublime et magique à lire. Les protagonistes permettent donc au lecteur d’aimer et d’adhérer à ce classique. De plus, je trouve que la plume de l’auteur est fluide, plaisante, simple et en même très sophistiquée. Effectivement, Romain Gary fait de belles descriptions et de longues phrases remplies de beaux mots ce qui donne du caractère et de l’énergie à son bouquin. Cela le rend unique et différent des autres. Ce roman est donc prenant, exaltant, passionnant et captivant. On ressent également toutes sortes d’émotions comme : la colère, l’indignation, l’incompréhension, la frustration, la tendresse, la douceur, l’amour, la mélancolie ou encore l’envie. Une fois ce livre commencé, il est impossible de s’en détacher.

D’autre part, je pense que les personnages sont la force de cette œuvre. Certes, on ne s’identifie et ne s’attache pas à tous les protagonistes du livre. Cependant, ils sont assez inoubliables et fabuleux. Celui qui m’a le plus marqué et touché est Lady L., prénommée également Diane. En effet, elle est magistrale et impérieuse. Elle a cette grâce et cette élégance naturelle qui la rendent unique et sublime. C’est une grande dame, un peu à la Anna Karénine. Toutefois, je l’ai trouvé, à certains moments, agaçante et presque énervante. En outre, je n’ai pas saisi tous les choix et les décisions qu’elle prenait. Cependant, je ne les ai compris qu’au terme de ce livre, quand toute son histoire a été racontée. C’est à la fin qu’on réalise la grandeur et la splendeur de ce personnage. Elle fait donc, à elle seule, de cette œuvre un excellent classique.

Pour conclure, j’ai beaucoup aimé lire et découvrir ce roman de Romain Gary, qui est mon premier de cet auteur. L’histoire était intéressante, l’ambiance grisante et les personnages uniques et inoubliables. En effet, Lady L., la protagoniste principale de cette œuvre, est superbe et magistrale. C’est une grande dame, qui donne une forte leçon de vie et de caractère aux autres.

Un livre grandiose.