Briar Université·Chroniques·Sagas

Briar Université, tome 1 : The Chase

« La façon dont les gens te perçoivent n’a pas d’importance. Ce qui compte, c’est le regard que tu portes sur toi. »

Briar U 1

 

Auteure : Elle Kennedy. 

Éditions : Hugo & cie (New romance).

Genre : Romance.

Année de sortie : 2019.

Nombre de pages : 398.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥

 

Mon avis :

Je flânais de blog en blog à la recherche de nouvelles lectures, quand soudain, je suis tombée sur une chronique de ce livre. J’ai été surprise et contente d’apprendre qu’Elle Kennedy avait fait une suite à Off-campus. Ayant lu et apprécié cette première saga, je me suis empressée d’acheter en librairie le premier tome de la nouvelle.

Summer Di Laurentis, la petite sœur de Dean, intègre l’université de Briar après avoir été renvoyée de Brown. À son arrivée à Briar, Summer est contrainte de quitter sa sororité, car les filles de celle-ci ne veulent pas d’elle après les événements de Brown. Elle est donc obligée de devenir la colocataire de joueurs de hockey : Hunter Davenport, Colin Fitzgerald et Mike Hollis. Toutefois, rien ne se passe comme prévu puisque Summer est attirée inexplicablement par Colin Fitzgerald. De son côté, Fitz n’est pas persuadé que cette nouvelle colocataire sublime et sûre d’elle soit celle qu’il lui faut. Et pourtant, elle partage dorénavant sa maison.

Ce premier tome a été agréable à découvrir. C’était une romance sympathique et toute en légèreté. Tout ce que j’attendais de ce livre. D’ailleurs, j’avais besoin de souffler un peu après des lectures plus dures et intenses. Ce roman a donc répondu à mes attentes. Certes, cette romance contemporaine a été pleine de clichés, comme beaucoup de new romances aujourd’hui, mais j’ai eu plaisir à la lire. J’ai aussi beaucoup aimé retrouver l’univers de Briar et ses joueurs de hockey qui m’ont manqué et tant plus durant la saga Off-campus. Ce roman a donc été facile à lire et très addictif. À chaque fois que je tournais une page, j’avais envie de connaître la suite. Une fois installée dans mon lit, il m’a été impossible d’arrêter. L’histoire de Summer et Fitz m’a emporté. De plus, Elle Kennedy rend la lecture si agréable et fluide, de part son écriture, que les pages se tournent d’elles-mêmes. Elle réussit également à parler de sujets plus sérieux et difficiles, comme les troubles de l’attention ou le harcèlement sexuel, tout en les abordant de manière simple et concrète. Je pense que cela apporte un petit plus à son livre. Ce n’est plus qu’une simple romance.

Tous les personnages, principaux comme secondaires, m’ont immédiatement plus. Certes, ils étaient clichés, comme l’histoire, mais si attachants et charismatiques à leur manière qu’on ne peut qu’aimer les découvrir. De plus, aucun personnage ne m’a réellement déplu ou énervé ce qui est assez inattendu et rare pour ma part. Quand bien même, à certains moments, j’ai eu envie de taper ou secouer Hunter et Fitz pour leur comportement, si peu gentleman avec Summer. Néanmoins, je trouve que Fitz et Summer font un bon couple. Ils vont bien ensemble, tout en étant très mal assortis. En effet, Summer est déjantée, populaire et solaire, alors que Fitz est un garçon calme et discret. Tous les opposent, et pourtant, on prend plaisir à suivre l’évolution de leur histoire. J’ai également beaucoup apprécié les différents changements de point de vue qu’opère, Elle Kennedy dans son livre. Cela permet au lecteur d’apprendre à mieux connaître et comprendre Fitz et Summer. L’auteure continue donc à bien exploiter ses personnages, comme elle le faisait déjà dans la saga Off-campus.

Toutefois, Elle Kennedy m’a laissé un peu sur ma faim. Effectivement, après avoir tant apprécié sa première saga, je m’attendais à beaucoup et encore plus de sa nouvelle. Ce premier tome est un bon tome de départ et je lirai évidemment le second, mais, selon moi, Off-campus reste pour l’instant au-dessus de Briar Université.

En conclusion, j’ai passé un bon moment de lecture. Cette romance contemporaine a été agréable à lire et à découvrir. Certes, elle était remplie de clichés et de légèreté, mais elle réussit à aborder facilement des sujets plus sérieux et difficiles. J’ai également beaucoup aimé apprendre à connaître Summer et Fitz ainsi que leur histoire. Toutefois, j’ai toujours une petite préférence pour la saga Off-campus, même si Briar Univesité commence très bien.

Un bon tome de départ.

 

Chroniques·Les Wilde·Sagas

Les Wilde, tome 1 : La coqueluche de ces dames

« Cet homme était une menace pour la bonne société.
Une menace attirante, certes, mais une menace quand même. »

Les Wilde 1

 

Auteure : Eloisa James. 

Éditions : J’ai Lu (Pour elle – Aventures & passions).

Genres : Romance, Historique.

Année de sortie : 2018.

Nombre de pages : 373.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♡ ♡

 

Mon avis :

Je flânais de blog en blog à la recherche d’une romance historique sympathique à lire quand j’ai finalement trouvé mon bonheur sur le blog de A book catcher. Sa chronique m’a tellement emballée que la semaine d’après, j’avais ce livre en ma possession.

Lord Alaric Wilde, explorateur et auteur de romans épiques, rentre en Angleterre après de nombreuses aventures. À son arrivée à Londres, une foule l’attend pour l’accueillir en héros. Contrarié par sa nouvelle célébrité, il rentre à Lindow Castle, le domaine familial, où il fait l’agréable connaissance de Mlle Willa Ffynche, une jeune aristocrate. Toutefois, Mlle Willa Ffynche est immunisée contre sa célébrité et ses histoires romanesques. Et bien sûr, rien n’est plus excitant qu’une femme qui résiste et se dérobe.  

En ouvrant cette romance, j’ai trouvé de la légèreté et un livre sans prise de tête. Tout ce que je réclamais de cette lecture. Bien que ce roman ait été agréable à lire et à découvrir, il m’a aussi rendu très confuse, car l’histoire semblait stagner par moments et à d’autres être trop rapide. Ce rythme étrange m’a donc déstabilisé et a apporté, selon moi, de la lourdeur au livre. C’est dommage, car cette romance historique avait beaucoup de potentiel. En effet, malgré ces petits défauts, l’auteure est arrivée à sortir son épingle du jeu, en nous proposant une romance agréable et qui retient l’attention du lecteur.

On a également plaisir à découvrir les personnages, même si leurs traits de caractère sont très stéréotypés et courants. D’ailleurs, je n’ai pas su m’attacher à Lord Alaric en particulier pour cela. Je l’ai trouvé trop agaçant et frustrant dans son comportement. En effet, il était plus macho et dominant que virile et attirant. Quelque chose m’a donc gêné dans ce personnage. À l’inverse, j’ai préféré Lord North, qui semble avoir été plus travaillé et développé en profondeur par l’auteure. Effectivement, Lord North dégage une aura bien plus douce et attirante que son frère, tout en restant masculin et charismatique. Je l’ai trouvé plus inoubliable et unique. Malgré leur similitude, Lord North et Lord Alaric sont donc deux personnages diamétralement opposés. J’ai également préféré Lavinia et Diana à Mlle Willa. Il semble qu’à cause des personnages principaux de ce roman, je n’ai pas su complètement apprécier ce premier volet. Toutefois, malgré ce petit désappointement, le second tome me fait toujours envie.

D’autre part, la relation entre Lord Alaric et Mlle Willa est, selon moi, développée très abruptement et est à la limite du ridicule. En effet, parce que Mlle Willa est la seule femme à ne pas l’aduler, il commence à éprouver des sentiments pour elle. La raison pour laquelle, ils s’intéressent l’un à l’autre semble donc assez tirée par les cheveux. L’auteure aurait très bien pu utiliser cette idée intéressante d’une autre manière afin de mieux l’intégrer au récit. Je n’aurais alors pas remarqué autant ce petit point de l’histoire.

Pour conclure, cette romance historique a été agréable et sympathique à lire. J’ai eu plaisir à découvrir l’histoire et ses personnages, même si certains petits défauts, comme le comportement de Lord Alaric et le rythme étrange de ce roman, m’ont déstabilisé et m’ont empêché d’apprécier totalement ma lecture. Ce premier volet m’a donc un peu déçu, malgré son fort potentiel.

Une lecture mitigée.

 

Chroniques·Jeunesse·One-Shot·Romance

Marquise

« Un désaxé plein aux as, voilà à qui j’avais affaire. Un enfant gâté qui avait trop regardé les émissions de Stéphane Bern et s’était convaincu d’être la réincarnation du roi Soleil. »

Marquise

 

Auteure : Joanne Richoux.

Éditions : Sarbacane.

Genres : Jeunesse, Romance.

Année de sortie : 2017.

Nombre de pages : 232.

Ma note : ♥ ♥ ♡ ♡ ♡

 

Mon avis :

Quand j’ai vu sa couverture voyante sur l’étagère de la bibliothèque municipale, j’ai pensé que c’était un livre sur fond historique. De plus, le résumé au dos de celui-ci le laissait à penser. Aimant beaucoup ce genre, je l’ai donc emprunté et j’avais hâte de le commencer. Toutefois, j’avais complètement faux. Ce n’était pas un livre historique. J’ai donc été beaucoup déçu avant même les dix premières pages.

Charlotte vit dans un petit village qu’elle souhaite quitter. Un soir, son ami et amoureux, Billy, lui apprend qu’un casting pour intégrer une société secrète va bientôt être lancé sur Paris. Cette société se nomme les Voluptueuses. Elle est dirigée par un milliardaire excentrique qui se fait appeler le Marquis. La rumeur prétend qu’il a fait construire une réplique de Versailles, quelque part sur une île écossaise, et qu’une centaine de privilégiés y mène une vie de rêve. Réticente, Charlotte s’enfuit malgré tout à Paris et tente ce fameux casting avec Billy. Tous les deux sélectionnés, ils partent pour ce mystérieux château, mais rien ne va se passer comme prévu.

Ce roman a été une grosse déception. Je m’attendais, avec la présence d’une société secrète, à un livre historique et d’espionnage. J’avais tort puisque c’est un roman jeunesse et contemporain que j’ai lu. De plus, en voyant la couverture et en lisant le résumé, j’en ai déduit que c’était un livre sur la période du roi Soleil. Après ma lecture, je pense que j’ai été trop vite et que je me suis grandement fourvoyée. Toutefois, j’ai entamé ce livre en étant déjà désappointée. Ma lecture ne commençait donc pas sous les meilleurs auspices. À l’avenir, je ferais plus attention aux livres que je choisis et surtout à leur résumé. Excepté ce petit malentendu, j’ai continué d’aller de déception en déception avec ce roman. Par exemple, le style de l’auteure m’a beaucoup dérangé. Je l’ai trouvé familier et, étant une adepte du genre classique, cela m’a beaucoup changé. Je ne fais bien sûr que donner mon avis. Je ne me permettrais ni de critiquer ni de dénigrer le travail de l’auteure. Je salue notamment l’imagination dont elle a fait preuve pour créer cette histoire. En effet, l’idée d’une société secrète royaliste et moderne est extrêmement bien trouvé. C’est une idée vraiment intéressante à développer et que je n’avais encore jamais lu. Cependant, je n’ai pas réussi à être happée par l’histoire et l’univers ce qui a rendu ma lecture longue et difficile.

Les personnages ne m’ont également pas attiré. Je ne me suis ni attaché ni identifié à eux et je reviens toujours au même point, le style familier du livre que je n’ai pas apprécié. Ils ont été décrits de telle façon que je n’ai ni su les cerner ni su les comprendre. Leur découverte n’en a été que plus difficile et dure pour moi. J’ai donc beaucoup été dérouté et frustré de ne pas vraiment pouvoir m’approcher plus profondément d’eux. Je n’ai perçu que leur façade extérieure. De plus, j’ai entendu dire que les romans qui paraissent chez les éditions Sarbacane étaient souvent des livres aux thèmes légers, rigolos, et inhabituels. Personnellement, avec tous ces petits points négatifs qui se sont enchaînés dans ma lecture, je n’ai pas su distinguer ces éléments-là dans ce roman. Je suis donc beaucoup déçue d’être déçue de ne pas avoir apprécié ce livre. Toutefois, je précise que si vous aimez ce genre de romans ou ses éditions, je pense que ce livre est fait pour vous. Après tout, chacun apprécie différemment une œuvre.

Pour conclure, j’ai été beaucoup déçue en découvrant ce roman. Je l’ai trouvé difficile et long à lire. En effet, je n’ai pas aimé son style familier et je n’ai pas compris ses personnages. De plus, l’histoire était trop étrange et rocambolesque pour moi. Je n’ai donc pas su apprécier ce livre.

Une déception.

 

Rendez-vous Livresques·Tags Livresques

C’est la rentrée pour les sorciers !

Harry potter

Je vous souhaite la bienvenue et vous retrouve aujourd’hui pour mon tout premier tag livresque : C’est la rentrée pour les sorciers ! Il a été créé par Muffinsandbooks et je l’ai découvert pour la première fois sur le blog de desmotsauxlivres, J’ajoute que j’ai repris ce tag, car je l’ai trouvé vraiment sympa à faire. J’espère donc qu’il vous plaira.

« Les mots sont, à mon avis qui n’est pas si humble, notre plus inépuisable source de magie. » (Albus Dumbledore)

 

  • L’été chez les Dursley : un livre lu cet été qui n’était vraiment pas bien.

l'arrache mots

 

Cet été, j’ai lu L’Arrache-mots de Judith Bouilloc et j’ai été un peu déçu par cette lecture. Ce n’est pas parce que je n’ai pas aimé le livre, je l’ai même trouvé sympa, mais plus parce que les personnages manquaient de profondeur et surtout l’univers ressemblait beaucoup trop à La Passe-Miroir de Christelle Dabos. D’ailleurs, ça m’a beaucoup dérangé.

 

  • L’été chez les Weasley : un livre lu cet été qui était vraiment super ! 

Winter

 

Cet été, j’ai lu Winter, le quatrième tome, des Chroniques Lunaires de Marissa Meyer. J’ai vraiment beaucoup aimé ce dernier volet. Tout était bien : l’intrigue, l’action, la fin, le développement des personnages, l’univers, … C’était une très bonne lecture. Je regrette juste d’avoir fini cette saga. 

 

  • Compter les jours avant le 1er septembre : une sortie littéraire de la rentrée que vous attendez avec impatience. 

The mortal instruments Renaissance

 

J’attends avec impatience la sortie du troisième volet, partie 2 de The Mortal Instruments : Renaissance de Cassandra Clare. J’aime beaucoup trop Julian et surtout l’univers que l’auteure a su créer dans sa saga.

 

 

  • « Moi, le Magicien » :  un livre que vous avez lu pour l’école ou les cours et que vous n’avez pas du tout aimé. 

Manon Lescaut

 

Il y en a plein que je n’ai pas aimé durant ma scolarité, mais le plus marquant a été Manon Lescaut de l’Abbé Prévost que je devais lire pour la fac. Ce n’est pas forcément qu’il était mauvais, mais plus que ma lecture a été longue, alors qu’il ne faisait que 300 pages. Les personnages étaient aussi fades et l’histoire répétitive. C’était donc une lecture assez moyenne.

 

  • « L’histoire de Poudlard » : un livre que vous avez lu pour l’école ou les cours et que vous avez adoré. 

Emma Bovary

 

Je dirais Madame Bovary de Gustave Flaubert. Je devais obligatoirement le lire pour le bac de français. J’ai un bon souvenir de ce bouquin, même si je ne l’avais pas aimé à ma première lecture. C’est à ma deuxième lecture, après l’avoir étudié en cours de littérature, que je l’ai apprécié à sa juste valeur.

 

  • Faire ses courses sur le chemin de traverse : l’endroit où vous achetez vos livres, le plus souvent (ou, au moins, où vous allez les admirer en rêvant).

J’achète mes livres principalement en librairie et, selon moi, rien n’égale une bonne librairie. Des fois, je rentre même juste pour flâner, sentir l’odeur des livres et regarder les nouveautés. Je trouve cela vraiment agréable et relaxant.

  • Se battre contre le Monstrueux livre des Monstres : un livre énorme, du genre qui ne rentrait pas dans votre valise cet été.

Emma

 

Je dirais le manga Emma de Kaoru Mori en version double. Il est vraiment lourd et énorme. Impossible de le caser. 

 

 

  • Prendre le Poudlard express : vous lisez dans les transports en commun vous ?

Oui, je lis dans les transports en commun. J’ai plus de 30 à 40 minutes de trajet chaque matin, alors, au lieu de m’ennuyer et ne rien faire, je lis. Ce sont souvent des livres pour la fac, car ça me permet de m’avancer dans mes lectures obligatoires.  

  • La dame du Poudlard Express vient de passer : vous grignotez en lisant vous ?

Non, je ne grignote ou ne bois jamais quand je lis. Je ne trouve pas ça forcément très hygiénique, surtout que je lis dans mon lit. Je ne voudrais donc pas le tâcher ou même tâcher mes livres.

  • Le festin de la rentrée : un livre qui vous a donné faim.

harry potter 1

 

Cette question a été un vrai casse-tête pour moi et après un long moment, j’ai fini par trouver un livre qui pourrait correspondre à la question, même s’il n’est pas très original. Je dirais donc un des sept Harry Potter de J.K Rowling. A chaque fois qu’il y a un banquet, ça me donne faim. J’avoue que j’aimerais bien, un jour, manger dans la grande salle de Poudlard.

 

  • Le dortoir de votre maison vous attend : votre endroit préféré pour lire.

Mon endroit préféré pour lire est mon lit, comme beaucoup peuvent sans douter.

« Ouvrez vos livres page 394 » (Le professeur Rogue)

 

Disney·Tags

Tag n°1 : Disney

Logo Walt Disney

Je vous souhaite la bienvenue pour ce tag. J’ai décidé de le reprendre puisque je suis une fan inconditionnelle de Disney. Je me suis inspirée du tag que j’ai trouvé sur Le blog de Julie. Je vous demande aussi de la compréhension et de l’indulgence puisque c’est le tout premier tag que je fais sur le blog. J’ajoute que ma grande sœur y participe ainsi vous aurez deux fois plus d’avis et de préférences Disney. Votre opinion m’intéresse beaucoup. N’hésitez donc pas à faire ce tag sur votre blog ou en commentaire. J’aurais grand plaisir à lire et discuter de vos goûts personnels Disney avec vous.

Petite Précision : Tous les gifs, toutes les images et citations ont été pris sur Google Images. 

« Rêve ta vie en couleurs, c’est le secret du bonheur. »
1) Quel est ton Disney favori ?

aladdin

 

Moi : Mon Disney favori est Aladdin. J’adore tous les personnages et surtout l’ambiance orientale des contes des mille et une nuit que dégage ce dessin animé.

 

 

là haut

 

Ma grande sœur : Mon Disney favori est Là-Haut. J’ai eu un véritable coup de cœur. Sinon, pour le souvenir d’enfance, je dirais La Petite Sirène.

 

 

2) Quel est le Disney que tu as le moins aimé ?

Frère des ours 2

Moi : Le Disney que j’ai le moins aimé est Frère des ours II. Je n’apprécie généralement pas les suites que propose Disney, mais celle-là bat des records de nullité. Je n’ai toujours pas compris l’intérêt de faire un deuxième volet à ce dessin-animé. Les musiques sont décevantes, l’histoire banale et les personnages sans intérêt, en particulier celui de Nita. De plus, Disney s’est senti obliger de mettre de la romance, là, où il n’en avait pas besoin. Par exemple, le premier volet sans passe très bien et il est très réussi. La fin de ce deuxième volet me laisse également perplexe. Elle se voit à des kilomètres et est insatisfaisante au possible.

 

Le Voyage d'ArloMa grande sœur : Le Disney que j’ai le moins aimé est Le Voyage d’Arlo. Je n’ai pas compris le but de l’histoire et je n’ai pas non plus aimé l’inversement des rôles de l’homme et des dinosaures. C’est complètement anachronique puisque les hommes n’ont jamais côtoyé les dinosaures. Dans ce dessin animé, rien n’a de sens : les dinosaures font de l’agriculture, le petit humain se roule dans la boue et parle en grognant, … Je l’ai donc trouvé mauvais et sans intérêt. Qu’est-on censé comprendre ? Personnellement, je n’ai toujours pas compris.

 

 

3) Quelle scène d’un Disney aurais-tu voulu vivre ?

Gif Bernard et Bianca 2Moi : J’aurai voulu vivre une scène de Bernard et Bianca Au pays des Kangourous et en particulier, la scène du restaurant qui se trouve au début du dessin animé. C’est le moment où Bernard se prépare à demander Miss Bianca en mariage. En arrière-plan, la neige tombe et les décors du restaurant, comme le grand lustre ou les verres de champagne, sont magnifiques. Je trouve que cette scène au-delà de son côté romantique à un aspect également magique et c’est tout ce que j’aime dans un Disney.

 

Ma grande sœur : J’aurai voulu vivre une scène de Mary Poppins, celle où ils sautent tous ensemble, traversent le dessin de Bert pour aller dans le monde dessin et font la course de chevaux en bois.

Gif Mary Poppins    Gif Mary Poppins 2

4) Si tu devais être un Prince, lequel serais-tu ?

prince adam

 

Moi : Je serais le prince Adam, la Bête, car il change beaucoup au contact de Belle. Il devient plus humain et bienveillant. Il essaye d’apprendre de ses erreurs et se sacrifie même par amour pour Belle : « Et dire qu’il avait finalement appris à aimer » Mme Samovar.

 

prince éric

 

Ma grande sœur : Je serais le prince Éric. D’abord, il est beau. Ensuite, il est beau. Enfin, si je prenais sa place, je pourrais corriger ses nombreuses erreurs.

 

5) Si tu devais être une Princesse, laquelle serais-tu ?

princesse jasmine

 

Moi : Je serais la princesse Jasmine, car elle vit la plus belle histoire d’amour jamais connue. Elle a même l’occasion de voler en tapis volant. C’est une super expérience. Puis, elle a quand même un tigre comme animal de compagnie. Elle est aussi intrépide et elle s’est surtout ce qu’elle veut.

 

raiponce

 

Ma grande sœur : Je serais la princesse Raiponce, car j’aime me battre à la poêle à frire. Elle est également courageuse, généreuse et pleine de compassion pour les autres.

 

6) Quel est ton couple Disney préféré ? 

Moi : Mon couple Disney préféré est Bernard et Miss Bianca, car ils sont complémentaires et trop mignons.

Gif bernard et Bianca

Ma grande sœur : Mon couple Disney préféré est Eugène/Flynn et Raiponce. Ils sont hyper mal assortis, mais ils sont quand même faits l’un pour l’autre. Ils apprennent également tous les deux à voir au-delà des apparences.

gif raiponce

7) A quel personnage Disney ressembles-tu ?

Gif Big ben

 

Moi : Je pense que je ressemble à Big Ben de La Belle et la Bête, car il est très sérieux et organisé. Il semble aussi un peu bourru et il ne montre pas beaucoup ses sentiments, mais au fond, il aime les autres et surtout son petit Lumière.

 

Gif gus gus

 

Ma grande sœur : Je pense ressembler à GusGus de Cendrillion, car j’aime manger et j’aide toujours mes amis.

 

 

8) Si tu pouvais choisir un personnage Disney pour être ton ami, lequel choisirais-tu ?

raymond

 

Moi : Je choisirais Raymond de La Princesse et la Grenouille parce que c’est tout simplement mon âme sœur et que j’ai craqué pour cette petite luciole qui tombe amoureuse d’une étoile. De plus, il est tout le temps joyeux. Il est aussi courageux, romantique et bienveillant.

 

wall e 1

 

Ma grande sœur : Je choisirais Wall-E parce qu’il aime les vieillies comédies musicales. Il aime également bien collectionner les objets et il sauve quand même la planète d’une catastrophe écologique.

 

 

9) Une scène d’un Disney qui te fait pleurer à chaque fois ?

Moi : La scène pour la chanson Mon tout petit de Dumbo. Elle me serre le cœur à chaque fois.

Gif dumbo

Ma grande sœur : La scène d’introduction de Là-Haut, celle qui résume en quelques minutes la vie d’Ellie et de Karl. C’est tendre, doux et touchant.

Gif La haut

10) Quel est le Disney que tu as vu le plus souvent ?

Moi : Le Roi Lion. Je l’ai vu un nombre incalculable de fois étant enfant.

Ma grande sœur : Je dirais Cendrillon, même si je pense que La Petite Sirène n’est pas loin derrière.

11) Quelle est ta chanson Disney favorite ? Et celle que tu connais par cœur ?

Moi : Ma chanson Disney favorite est Belle Nuit de La Belle et le Clochard et celle que je connais par cœur est Le Rêve Bleu d’Aladdin. Je l’ai chantée tellement de fois.

Ma grande sœur : Ma chanson Disney favorite est Entre Deux Mondes de Tarzan et celle que je connais par cœur est Partir Là-bas de La Petite Sirène.

12) Quel est le méchant que tu préfères ?

Gif Scar

 

Moi : Mon méchant préféré est Scar du Roi Lion, car il a une super bonne chanson (Soyez Prêts) et qu’il est le mal aimé de l’histoire. Il me fait un peu pitié.

« Je patauge dans l’imbécilité »

 

Gif Hercule

 

Ma grande sœur : Mon méchant préféré est Hadès d’Hercule, parce qu’il est drôle, cynique et qu’il a un peu raison, Hercule est agaçant.

  « On chante, on danse, on tchatche, on s’embrasse, on rentre à la maison, elle n’est pas belle la vie ?  »

 

13) Quel est le premier Disney que tu as vu ?

Moi : Je dirais Pinocchio, mais je ne suis pas sûre.

Ma grande sœur : Je suppose que c’est Blanche-Neige et les Sept Nains.

14) Quel est ton animal de compagnie préféré de Disney ?

miss bianca 2

 

Moi : C’est Miss Bianca de Bernard et Bianca parce qu’elle est belle, élégante, généreuse et bienveillante.

 

 

stitch

 

Ma grande sœur : C’est Stitch de Lilo et Stitch, car c’est un extraterrestre. Il aime aussi le King (Elvis Presley) et tout simplement parce que Ohana signifie famille.

 

15) Quel est le dernier Disney que tu as vu ?

Ma grande sœur et moi : On pense que c’est Les Nouveaux Héros.

« Tous les rêves deviennent réalité »

 

Chroniques·Classique·One-Shot

Notre coeur

« Aimer beaucoup, comme c’est aimer peu ! On aime, rien de plus, rien de moins. »

notre coeur

 

Auteur : Guy de Maupassant.

Éditions : Le Livre de Poche (Les Classiques de Poche).

Genre : Classique.

Année de sortie : 1890.

Nombre de pages : 286.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥

 

Mon avis :

Maupassant est mon auteur « doudou ». Autrement dit, quand je ne sais pas quoi bouquiner, j’achète un de ses romans et je le lis. Je trouve que cet auteur est tellement confortable et agréable à lire que je ne me lasse jamais de découvrir ses œuvres. C’est donc tout naturellement que j’ai acheté et lu « Notre cœur », son dernier roman.

Mariolle est introduit par Lamarthe, un ami, dans le salon de la belle et jeune veuve, Madame de Burne. Cette femme est un être froid et sans cœur. Entourée de sa petite cour masculine, elle aime manipuler et plaire aux hommes et adore les voir souffrir. Naturellement, elle séduit Mariolle qui tombe éperdument amoureux d’elle. Toutefois, cet amour est à sens unique ce qui le désespère. Il fait donc tout pour gagner ses faveurs et devenir son favori.

Ce roman a été rapide à lire. Le nombre de pages peu élevé et la fluidité du style de l’auteur a grandement favorisé la promptitude de ma lecture. Je ne l’ai d’ailleurs que plus appréciée. En effet, c’est vraiment agréable de temps en temps de pouvoir lire un classique court. Je trouve que cela repose après un gros pavé. Toutefois, ce classique, malgré sa petitesse, a été intense et profond. J’avoue que je ne suis pas ressortie indemne de ma lecture. Maupassant raconte tellement bien les sentiments qu’une personne peut éprouver, que j’aie été dérouté et happé par ce surplus d’émotions et de sensations nouvelles. C’est comme si j’avais vécu avec les personnages et à travers eux. C’est donc une pure beauté de sentimentalisme que Maupassant offre à nos sens. Je trouve également que l’histoire est assez simple dans l’ensemble. Après tout, ce n’est qu’une « romance dramatique » comme beaucoup d’auteurs classiques font. Cependant, l’histoire devient belle et unique grâce au style que propose l’auteur.

Je ne me suis pas attachée aux personnages, car je ne me suis pas forcément identifiée à eux. En effet, Mariolle est trop sentimental, Madame de Burne trop insensible, Lamarthe trop calculateur et ainsi de suite. Toutefois, j’ai trouvé que chacun avait un trait de caractère qui ressortait particulièrement. D’ailleurs, j’ai eu l’impression que l’auteur le faisait exprès pour que l’on fixe principalement notre attention sur ses petits détails. Je pense que l’écrivain cherche à inciter le lecteur à aller plus loin dans son roman. Il le conduit jusque dans la psychologie humaine. Effectivement, ses personnages ont des traits de caractère qui sont très identifiables et humains. Cela les rend donc familiers, mais également remarquables et irremplaçables. C’est comme si Maupassant nous envoyait un message. Il ne veut pas qu’on les oublie et surtout qu’on s’attache à eux puisque personne n’a voulu de lui. Cette œuvre est donc aussi très personnelle. En effet, quand il écrit son roman, il est gravement malade et meurt de folie trois ans plus tard. Chaque personnage semble être un bout de Maupassant et leurs traits de caractère particulier, une de ses faiblesses.

Néanmoins, je trouve, qu’en accentuant tellement ses traits de caractère, je ne me suis plus que concentrer sur eux. L’histoire et la romance sont donc passées au second plan ce qui a légèrement gâché la beauté de ce roman selon moi. Toutefois, ce n’est que mon simple ressenti. Après tout, chacun apprécie et lit à sa façon.

Pour conclure, cette œuvre est une œuvre rapide et très agréable à lire. Maupassant, pour ce dernier livre, se dépasse et offre une merveille d’émotions et de sensations à son lecteur. De plus, son style est toujours aussi fluide, simple et confortable à lire. J’ai donc adoré découvrir ce roman, malgré un surplus de détails.

Un roman profond et intense.

 

Chroniques·Les Chevaliers d'Émeraude·Sagas

Les Chevaliers d’Émeraude, tome 1 : le feu dans le ciel

« Parfois, l’amour est éphémère. D’autre fois, il est profond et tenace. Peu importe le temps qu’il dure, il ne faut jamais le laisser passer. »

Les Chevaliers d'Emeraude tome 1

 

Auteure : Anne Robillard.

Éditions : Michel Lafon.

Genres : Jeunesse, Fantasy.

Année de sortie : 2003.

Nombre de pages : 341.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥

 

Mon avis :

Cette saga fantasy traînait dans la bibliothèque de ma grande sœur quand j’étais plus jeune. Un jour, j’ai voulu la découvrir, mais impossible de la retrouver. Toutefois, en allant à la cave, je suis tombée par hasard sur celle-ci. J’ai donc décidé de monter tous les tomes chez moi et de commencer à les lire.

Après des siècles d’oubli, le roi Émeraude Ier refonde l’ordre des Chevaliers d’Émeraude. Cet ordre défend et protége les royaumes du continent d’Enkidiev de l’ennemi. Pour leur première mission, Wellan et ses frères d’armes sont envoyés au royaume de Shola. Cependant, à leur arrivée, l’armée d’hommes-insectes et de dragons d’Amecareth, l’empereur noir, a entièrement détruit Shola et ses habitants. Après des siècles de paix, l’ennemi est revenu sur le continent. Les sept chevaliers d’Émeraude sont donc les seuls à pouvoir protéger le royaume d’Enkidiev et percer le mystère qui entoure Kira, la jeune princesse de Shola.

Ce premier tome a un univers riche et développé. En effet, Enkidiev a été entièrement imaginé et conçu par l’auteure ce qui le rend encore plus magique et enchanteur. Penser qu’il sort de l’imagination d’une seule personne force l’admiration et le respect. Je salue donc le travail de l’auteure et les heures qu’elle a dû y passer. Son livre n’en est que plus solide et sérieux. Il est également captivant à découvrir et à parcourir puisque Anne Robillard décrit agréablement et efficacement. Je n’ai pas eu de mal à m’imaginer l’univers et à voyager dans ce monde. Ce premier tome fonctionne en nous donnant envie de lire le suivant.

Les personnages sont classiques, mais bien pensés et construits. Autrement dit, tous les types de héros sont présents. Il y en a donc pour tous les goûts. Dans ce premier tome, aucun personnage ne m’a réellement attiré, car Anne Robillard les développe doucement. On les découvre seulement puisque l’auteure ne dévoile que leur façade extérieure. On ne nous montre donc pas encore toute leur complexité et leur véritable identité. Cependant, un personnage m’a beaucoup agacé et frustré durant ma lecture. Il s’agit de Wellan, le « chef » des Chevaliers d’Émeraude et un des personnages principaux. Ce genre de héros n’est pas du tout à mon goût. Effectivement, je n’ai pas aimé son attitude et son comportement. Il se victimise trop et dramatise tout. Il est également trop sentimental, excessif et parfois même égoïste. De plus, ses choix sont déroutants et décevants. À certains moments, j’ai eu envie de le secouer pour le réveiller. J’espère donc qu’en apprenant à le découvrir plus en profondeur, je finirais par l’apprécier. Bien entendu, si vous aimez ce genre de personnages, Wellan est fait pour vous.

Néanmoins, je trouve que ce livre à quelques longueurs. Par exemple, l’auteure prend son temps pour décrire son monde et ses personnages. C’est tout à son honneur et le lecteur n’est pas perdu dans la progression de sa lecture. Toutefois, Anne Robillard se concentre plus sur ce point-là que sur l’histoire. Le récit est long et s’enlise.

Pour conclure, c’est un bon début de saga où l’univers se construit doucement, mais sûrement. Il est captivant et l’auteure m’a fait agréablement voyager dans son monde. Ce roman a donc beaucoup de potentiel et donne envie de poursuivre. Cependant, il y a quelques longueurs qui ont un peu freiné ma lecture et son appréciation.

Un premier tome riche en découvertes.

 

Chroniques·Classique·One-Shot

Anna Karénine

« Celui qui possède une femme et qui l’aime vraiment connaît mieux la femme que celui qui en a possédé des milliers. »

Anna Karenine

 

Auteur : Léon Tolstoï.

Éditions : Le Livre de Poche (Les Classiques de Poche).

Genre : Classique.

Année de sortie : 1877.

Nombre de pages : 1032.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥

 

Mon avis :

Étant un grand classique de la littérature russe, ce livre m’a été chaudement recommandé et conseillé par mes professeurs de lettres modernes. J’ai donc tenté l’expérience et me suis lancée dans la lecture de ce roman. Elle fut longue, mais intéressante.

Anna Karénine se rend à Moscou afin de réconcilier son frère, Stiva Oblonsky et sa femme, Dolly. À la gare, elle rencontre le jeune comte Wronsky dont elle tombe éperdument amoureuse. Femme fidèle d’un haut fonctionnaire de la société tsariste et mère aimante, Anna tente de lutter contre la passion dévorante qu’elle éprouve pour le jeune comte. Cependant, elle finit par céder et s’abandonner avec bonheur à cet amour scandaleux et destructeur.

En débutant ce pavé, j’étais remplie d’a priori. Je pensais lire encore un énième classique long et ennuyeux. J’avais tort. Ce livre a été une agréable surprise et une belle découverte puisque je ne m’attendais pas à être autant happée par l’histoire. L’amour qu’éprouve Anna pour Wronsky m’a beaucoup touchée. Il était beau et si intense que, parfois, j’en ai eu le souffle coupé. La romance et le drame sont donc les points centraux de ce récit, mais pas seulement. En effet, j’ai aussi aimé découvrir et plonger dans cette Russie tsariste que je trouve fascinante et intéressante. J’ai donc été ravie d’en apprendre plus sur cette époque.

Anna Karénine est le seul personnage auquel je me sois attachée. Je ne sais pas si je peux parler d’attachement. J’ai plus eu de la pitié ou de l’admiration pour elle. Au début de notre histoire, c’est une femme fière et belle. Elle dégage une telle aura que je n’ai vu qu’elle. Puis, elle se dévoile et se donne entièrement à son amant. C’est le début de la fin. Ainsi, tout au long de son récit, Tolstoï la rend vulnérable auprès de Wronsky, mais également auprès de son lecteur. J’ai particulièrement apprécié cela. C’est donc un personnage que j’ai plus admiré et essayé de cerner. Cette femme perdue m’a peiné et a su toucher ma corde sensible. À côté d’Anna, les autres personnages m’ont semblé fades et ordinaires. Comme s’ils n’avaient pas leur place dans ce récit ou de véritable légitimité face à cette grande dame.

La plume de Tolstoï est magnifique. Son style est fluide, lent et agréable. Il arrive à sublimer son histoire et ses personnages, et à transmettre des émotions et des messages à son lecteur jusque dans sa façon d’écrire. C’est tout ce que j’apprécie chez un auteur. J’ai également été fascinée de constater la puissance que pouvait avoir l’amour. Anna aime tellement Wronsky que s’en était, parfois, aberrant pour moi. Elle m’a donc fait découvrir ce que le mot amour signifiait véritablement. Tolstoï se base sur la vie de sa voisine pour écrire son récit. Il rend ainsi ce roman plus humain, vrai, touchant et personnel. Tout au long de ma lecture, j’ai donc eu l’impression d’être intime avec l’auteur et ses personnages.

Pour comprendre la situation de chaque personnage, le début du récit est nécessaire. Toutefois, il est bien trop long et détaillé ce qui m’a un peu ennuyée. D’autres passages sont également longuets et assez répétitifs. Cela a donc cassé mon rythme de lecture et mon envie d’en savoir plus. Selon moi, les trente dernières pages m’ont semblé inutiles.

Pour conclure, Anna Karénine est un personnage attachant à sa manière et, comme son auteur, un grand monsieur. Malgré quelques longueurs et passages inutiles, l’histoire a su me happer, le style de l’auteur me toucher et l’univers tsariste me plaire énormément. Ce premier classique russe est donc une agréable surprise.

Une belle découverte.

 

Chroniques·Fantastique·Jeunesse·One-Shot

Les sept étoiles du Nord

« Trois tours à gauche, à droite un demi. Avec une clef aussi noire que la nuit. La magie s’éveille, les membres se déplient et voilà que l’enfant volée m’obéit. »

51uExL1qb2L._SX195_

 

Auteure : Abi Elphinstone.

Éditions : Gallimard (Jeunesse).

Genres : Jeunesse, Fantastique.

Année de sortie : 2019.

Nombre de pages : 292.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♡ ♡

 

Mon avis :

La couverture de ce livre m’a immédiatement attirée. Je l’ai trouvé belle et travaillée. Néanmoins, j’ai mis du temps à me décider à le lire, car le résumé était trop centré sur le genre jeunesse. J’avais donc peur que l’histoire me déçoive. Finalement, j’ai craqué et j’ai acheté ce roman.

Le royaume d’Erkenwald est gouverné par la maléfique reine des Glaces qui joue de son orgue à voix chaque matin. Flint, un jeune inventeur de la tribu des Fourrures, quitte Fonracine et se rend au palais de Frimamord pour libérer sa mère. Arrivé au palais, il tombe sur Eska qui est retenue par la reine dans une boîte à musique. Il décide de la libérer, mais il est obligé de fuir pour ne pas être capturé à son tour. Il ramène Eska dans sa tribu où les autres membres ne veulent pas d’elle. Eska est donc forcée de s’en aller. Toutefois, Flint décide de la rejoindre et de partir à l’aventure avec elle. Ensemble, ils se lancent dans un voyage éprouvant et merveilleux qui les mènera des monts Éternels jusqu’aux confins du monde.

Ce roman jeunesse est facile et rapide à lire. Je l’ai lu d’une traite et en moins d’une journée. L’histoire est sympathique et mignonne. Elle est remplie d’actions, de découvertes et de rebondissements. Je ne me suis donc jamais ennuyée. J’ai également adoré l’univers polaire que l’auteure a su créer. Il était magique, soigné et très travaillé. Ce livre m’a fait penser à une réécriture de conte nordique, comme La Reine des neiges, ou à un clin d’œil au premier tome de Narnia avec la présence de la méchante reine des glaces. Cet univers polaire était intéressant à découvrir et surtout innovant. En effet, il n’est pas souvent utilisé par les auteurs dans leurs romans. J’ai donc beaucoup aimé cette nouveauté qui a su me captiver. Ce livre a su m’étonner puisque je ne m’attendais pas à autant de poésie et de beauté dans ses paysages. J’ai pu clairement les imaginer et les voir se dessiner sous mes yeux. J’avais l’impression d’y être. Cela m’a agréablement surpris. Ma lecture a donc été belle, fluide, rapide et sans prise de tête.

D’un point de vue général, je n’ai pas été attiré par les personnages. À mon goût, ils manquaient ce petit quelque chose qui les rend attachants. Par exemple, je n’ai pas eu envie de m’attacher à Eska et à Flint. Pourtant, ce sont les deux protagonistes de l’histoire. Ils sont agréables à suivre dans leurs aventures. J’ai apprécié de les découvrir et de les connaître, mais c’est tout. J’ai trouvé cela dommage et je ne peux toujours pas expliquer complètement mon ressenti. L’auteur m’a donc laissé sur ma faim au niveau du développement de ses personnages. Cependant, certains protagonistes m’ont plus, notamment Blu, la petite sœur de Flint. Elle reste mon personnage préféré, car c’est une petite fille adorable et touchante de par les difficultés auxquelles elle fait face. Je trouve remarquable que l’auteure, à travers un récit jeunesse fantastique, est eu l’idée d’un personnage tel que Blu. Les compagnons et animaux de nos protagonistes, comme Balapane ou Caillou, participent également à l’ambiance lumineuse et adorable de ce livre.

Néanmoins, le genre jeunesse est trop marqué dans ce roman. Cela a confirmé mon pressentiment et m’a dérangé dans ma lecture, car je l’ai trouvé un peu ennuyeuse par moment. Pourtant, je ne suis d’habitude pas dérangé par le côté jeunesse, mais là, je ne sais pas pourquoi, ça n’a pas fonctionné. J’ai trouvé assommant que tout soit trop propre et lisse ce qui ne laisse pas de place à la surprise. Toutefois, ce n’est que mon ressenti. Je le conseille aux jeunes adolescents et aussi aux adultes. Je vous invite donc à le lire pour vous faire votre propre opinion, car vous pourriez trouver le genre jeunesse pas si dérangeant que ça. Honnêtement, cela dépend de vos goûts personnels.

Pour conclure, j’ai adoré l’univers que dégagent ce roman et le travail qu’a fourni l’auteure sur celui-ci. L’histoire est pleine de rebondissements et d’actions. On ne s’ennuie pas vraiment pour ce qui est du déroulement des découvertes. Les paysages sont également très bien décrits. Néanmoins, je trouve que les personnages ne sont pas complètement développés et que le roman est trop jeunesse à mon goût.

Un roman jeunesse, mignon et poétique.
Chroniques·Classique·Coups de coeur·One-Shot

Les Liaisons dangereuses

« Ces mots tracés au crayon s’effaceront peut-être, mais jamais les sentiments gravés dans mon cœur. »

Les Liaisons dangereuses

 

Auteur : Pierre Choderlos De Laclos.

Éditions : Flammarion (GF).

Genre : Classique.

Année de sortie : 1782.

Nombre de pages : 549.

Ma note : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

 

Mon avis :

Ce classique est une lecture que mon professeur de littérature du dix-huitième siècle m’a vivement recommandée. J’ai donc suivi son conseil et j’ai acheté ce roman. J’avais également hâte de le lire puisque c’est un des deux siècles que j’affectionne particulièrement pour les classiques. 

Le roman s’ouvre sur une lettre de la jeune Cécile de Volanges qui sort du couvent afin de se marier au comte de Gercourt. La marquise de Merteuil, amie et parente des Volanges, apprend ce projet et décide de se venger de son ancien amant, le comte de Gercourt. Elle demande donc au vicomte de Valmont, son ami et ancien soupirant, de pervertir la jeune Volanges. Valmont refuse. Il est retenu chez sa vieille tante par la Présidente de Tourvel, jeune femme dévote et vertueuse, qu’il souhaite séduire et conquérir. Le vicomte finira par accepter afin de se venger de Madame de Volanges qui a mis en garde son amie sur la réputation de celui-ci.

Ce classique est un roman épistolaire que j’ai beaucoup aimé. Cet échange de lettres entre les différents personnages apporte un petit plus au livre, car cela crée un roman sans vrai point de vue. Cela rend donc notre lecture particulière puisqu’on se fait sa propre opinion sur chaque personnage sans avoir la subjectivité d’un autre protagoniste. L’histoire et les différentes romances sont également prenantes et intéressantes. Même si ma préférée reste celle du Vicomte de Valmont et de la présidente de Tourvel. Certes, leur romance est malsaine et tragique, mais elle est aussi belle et attachante. En effet, j’ai souffert, aimé et pleuré avec Madame de Tourvel et j’ai découvert une autre sorte d’amour, été indécise et confuse avec le vicomte de Valmont. Au fur et à mesure de ma lecture, j’ai compris peu à peu ces deux personnages et me suis attachée à eux. Ce roman est donc addictif et passionnant. On ne peut s’empêcher de tourner les pages.

Les deux protagonistes principaux sont le vicomte de Valmont et la marquise de Merteuil. Ce sont deux êtres détestables, mais uniques en leur genre. Au début, j’ai eu beaucoup de mal à les comprendre et à les cerner. Ils étaient méchants et malsains selon moi. Puis, j’ai été emporté par l’histoire et à la fin de ma lecture, je me suis même attachée au vicomte de Valmont, ce que je ne pensais pas possible au vu de son caractère et de son comportement. J’ai donc eu de l’affection pour lui, car il lui restait une part d’humanité qu’il l’a rendu moins monstre que Madame de Merteuil. Il sait toujours aimer à l’inverse de la marquise qui ne ressent plus rien. Cependant, je pense que la marquise de Merteuil est un merveilleux personnage à sa façon puisqu’elle joue parfaitement son rôle de méchante.

Néanmoins, je n’ai pas su apprécier le chevalier de Danceny que j’ai trouvé assez pauvre et banal en tant que protagoniste récurrent. Sur ce point-là, l’auteur m’a un peu déçu. La romance entre le chevalier de Danceny et Cécile de Volanges ne m’a également pas passionnée. Certaines fois, leur comportement et leur naïveté m’ont frustré et ennuyé profondément. J’avais envie de les secouer pour leur faire ouvrir les yeux sur la réalité des faits.

Pour conclure, j’ai beaucoup aimé ce classique que j’ai trouvé intéressant et unique. L’histoire, l’univers, le siècle et les protagonistes ont été passionnants à découvrir et à lire. C’est donc actuellement mon classique préféré. Toutefois, je n’ai eu qu’un léger coup de cœur pour ce livre puisque je reste un peu sur ma faim au niveau des personnages de Danceny et de Cécile de Volanges.

Un petit coup de cœur.